Les maquisards témoignent.

 

 Retour ! [ Retour Page Maquis Bernard. ] 


« RÉSISTANCE EN MORVAN »

Résistance et déportation, les maquisards témoignent.

Sur la photo ci-dessous : Eve, Mme Habersztrau et Robert à Lignorelles (Yonne) juste avant leur arrestation.

Eve, Mme Habersztraa et Robert.Parmi eux, Robert Habersztrau, de famille juive, il vit à Paris avec ses parents et sa soeur Eve. Quand la guerre éclate, Robert a 15 ans et sa soeur Eve, 10 ans. Son père, engagé volontaire dans l'armée française, ne voulant pas être déserteur, refuse de quitter Paris.

Avec l'arrivée des allemands dans la capitale, Robert va connaître chaque jour les contraintes et l'humiliation d'être né juif.

Année 1942, son père est arrêté et déporté : convoi N°3, destination inconnu. A son tour, Robert est recherché par la police, il quitte Paris en toute illégalité, pour Sognes (Yonne), chez une tante qui lui trouve un travail à Saint Maurice aux Riches Hommes, il est employé aux écritures dans un camp d'internement de Romanichels, puis est muté à Saint Denis les Sens, dans un autre camp d'internement pour Polonais. La police française retrouve sa trace, il quitte son emploi pour se cacher à Sens. Sans papier ni carte d'alimentation, il cherche et trouve dans les petites annonces du journal local du travail dans une ferme de Lignorelles, ceci fin avril 1942.

En juillet à Paris, tous les juifs sont arrêtés à leur domicile, sa mère et sa soeur Eve rejoignent Robert. Grâce à une chaîne de femmes et d'hommes courageux, elles trouveront refuge à Maligny.

Avril 1943, la police française arrête Eve et sa mère, direction Auxerre, un mois plus tard : départ pour Drancy dans le convoi N° 55.

A nouveau obligé de fuir, Robert trouve refuge dans une ferme de Saint Léger Vauban.

En 1944, miliciens et SS sont régulièrement dans la région.

Juillet 1944, Robert et deux réfractaires au S.T.O qui ont un contact au maquis Bernard de Montsauche - Ouroux-en-Morvan et à la Pierre qui Vire, reçoivent l'ordre de monter au Maquis.

Robert sera incorporé à la célèbre compagnie « André » du maquis Bernard.

A la libération du Morvan, Robert souhaite retrouver sa famille, il retourne rapidement sur Paris, muni d'un papier de 10x5cm et son blouson du maquis. Arrivé au 39 rue Saint Maur, l'appartement est occupé illégalement, seul, il ne peu rien faire. Il dort à droite et à gauche. Il doit même jeter son blouson avec l'écusson à la Croix de Lorraine, ayant été traité de « salaud » dans la rue.

Il devra réapprendre à vivre... en attendant les êtres chers, qui ne reviendront jamais...

 Retour ! [ Retour Page Maquis Bernard. ] 

 [ Retour haut de page